Emploi

Appel au rassemblement contre la ferme usine de Monts

Appel au rassemblement le 21 janvier à 15h place de la préfecture

2190* animaux concentrés dans la même usine à lait sur la commune de Monts.

Manif monts

Il s’agit d’un projet d’agrandissement d’un élevage pour porter le nombre d’animaux à 420 vaches laitières, 210 taurillons, 260 génisses, 900 chèvres et 400 chevrettes.

C’est 10 586 m3* de lisier et 4 142 m3* d’effluents liquide à épandre sur 883,98 ha* de terre répartie sur 7 communes d’Indre-et-Loire en polluant l’air, le sol, les nappes et les rivières, c’est des transports lourds sur de longues distances et l’importation de nourriture.

À l’issue de l’enquête publique sur l’agrandissement du GAEC « La Tardivière » sur la commune de Monts, une première réunion avait eu lieu devant la mairie. Cette première manifestation a permis à de nombreuses personnes présentes d’être informées de ce projet et de prendre conscience des enjeux.

Afin d’informer plus largement la population sur les impacts environnementaux et sociétaux, un groupe d’habitants de Monts et des environs ont créé un collectif ; « Des fermes, pas des usines ». Malgré le refus de Madame le Maire de mettre une salle à disposition, ils se sont rassemblés devant la mairie de Monts le 8 janvier à 18h30 pour évoquer et commenter les quatre réserves faites par le commissaire enquêteur, entre autre : « Prendre en compte les remarques et observations de l’avis de l’autorité environnementale et de l’ARS. » En effet, le Préfet de la Région Centre, en tant qu’Autorité Environnementale, est particulièrement critique sur la protection de la ressource en eau et de la pollution par les nitrates et le phosphore en particulier à proximité de ZPS (Zone de Protection Spéciale) et de SIC (Site d’Intérêt Communautaire). Les 7 communes sont toutes classées en zone sensible à l’eutrophisation. Le préfet de la Région Centre s’inquiète aussi du manque d’étude sur la nappe des sables du Cénomanien qui est classée en Zone de Répartition des Eaux (ZRE) déjà en déficit quantitatif structurel. De plus, il trouve « regrettable que la quantité d’ammoniac émise annuellement dans l’atmosphère (…) ne soit pas quantifiée » alors que « les impacts potentiels sur l’Homme liés aux concentrations en ammoniac dans l’air » sont examinés « assez brièvement ».

A cela, il convient d’ajouter les interrogations sur la santé et le bien-être animal, sur la qualité du lait et de la viande, et les certitudes sur la destruction des emplois dans les petites fermes qui vont disparaître, contre la création d’un seul emploi en plus des trois pétitionnaires. C’est aussi l’acheminement de presque la moitié de la nourriture qui ne peut pas être produite dans la propriété. C’est encore l’importation de « compléments alimentaires » de provenance inconnue (probablement étrangère issue de plantes génétiquement modifiées).

Il appartient maintenant au Préfet d’Indre-et-Loire de donner son autorisation ou non pour cette installation.

Afin d’informer la population et d’exposer leur point de vue, les membres du collectif « des fermes, pas des usines » ont prévu d’organiser un rassemblement sur la place de la préfecture le mercredi 21 janvier à 15h et ont demandé audience au Préfet.

* Source : Dossier de l’enquête publique

Le collectif de Citoyens « Des fermes, pas des usines » composé entre-autres de montois, est soutenu par : la Confédération Paysanne, l’ASPIE (Association pour la Santé, la Protection et l’Information sur l’Environnement), QVGC et PR (Qualité de la Vie en Gâtine-Choisille et Pays de Racan), Nouvelle Donne, le Parti de Gauche, EELV (Europe Ecologie Les Verts), ATTAC et AMAPs.

Lire la suite

Michelin (Joué les Tours) : l'interêt general doit l'emporter sur celui des actionnaires !

communique-1.png

 Solidarité avec les salariés !

La direction de Michelin a annoncé la suppression de plus de 730 postes dans son usine de Joué-les-Tours. A terme, c’est le site tout entier qui risque de disparaitre. Les emplois issus de la sous-traitance également ne seront pas épargnés. C’est une nouvelle catastrophe industrielle qui se dessine tant pour les travailleurs et leurs familles que pour l’économie locale d’Indre-et-Loire.

Défendre le maintien du site de Joué-les-Tours, c'est défendre l’intérêt général !

Alors que le chômage atteint des sommets et que la France a perdu plus de 2 millions d’emplois industriels en 30 ans, Il faut stopper l’hémorragie. La France ne doit pas abandonner sa souveraineté industrielle sous l’autel des seuls intérêts de la finance. L’urgence sociale et écologique exige que l’on produise des pneus en Touraine plutôt que de les importer d’Asie. En 2012, MICHELIN a réalisé 2,4 milliards d'euros de bénéfices (+25%). Ce plan n’est donc pas justifié.

Non aux licenciements boursiers !

Finies les belles paroles, le gouvernement et la majorité parlementaire PS ne doivent plus laisser faire. Il est temps de mettre un coup d’arrêt aux licenciements boursiers. Tel est le sens de la proposition de loi du Front de Gauche interdisant les licenciements boursiers, scandaleusement rejetée par les parlementaires PS, l'UMP et le FN.

 

 

L’argent public doit servir l’intérêt général pas la finance !

 

Michelin a bénéficié d’argent public de Tour(s) Plus, du Conseil Général d’Indre-et-Loire et de la Région Centre dans le cadre du pôle de compétitivité « Elastopole ». Le Parti de Gauche exige que la lumière soit faite sur les sommes versées à cette multinationale qui licencie tout en faisant des bénéfices. Si le plan de Michelin est maintenu, ces aides doivent être restituées. L’argent public doit véritablement servir l’emploi et non les profits des actionnaires.

Le PS, l'UDI, l'UMP et le FN rejettent la proposition de loi interdisant les licenciement boursiers

communique-1.png

La proposition de loi du Front de Gauche interdisant les licenciements boursiers a été rejetée par les députés PS, UDI, UMP et FN !

Les masquent tombent !
Le parti de Gauche regrette que le PS n’ait pas respecté cet engagements de campagne, qui aurait empêché les licenciements pour les entreprises qui font des bénéfices.
Quant au FN qui se présente comme un parti qui défend le peuple, celui-ci fait comme l’UMP et le PS : ils préfèrent défendre les intérêts de la finance et de la rente plutôt que l’intérêt général.


16 MARS - MARCHE POUR L'ALTERNATIVE A L'AUSTERITE A TOURS

Marche pour l'alternative à l'austérité
SAMEDI 16 MARS - DEPART 15 H 00
- TOURS - PLACE SAINT PAUL

L’ALTERNATIVE À L’AUSTÉRITÉ, C’EST POSSIBLE !

Aujourd'hui, nous vivons une situation explosive, les plans de licenciements se succèdent avec la fermeture des usines. Le résultat, c'est l'aggravation de la crise sociale avec l'augmentation du chômage, de la pauvreté (14 860 personnes dans le département relèvent du RSA). La casse, la privatisation des services publics se poursuivent (écoles, SNCF, Tribunaux, Hôpitaux, etc.)! Le récent accord sur l'emploi vise à rendre caduc le Code du Travail, à précariser toujours plus les salariés, à simplifier les licenciements.

Nous proposons de relancer l’activité par :

LE PARTAGE DES RICHESSES :
- Hausse des pensions et des salaires en commençant par le SMIC à 1 700 euros nets,
- Réforme fiscale pour faire payer les plus riches et les grandes entreprises, notamment celles qui ne paient pas d'impôts en France
-Développement des services publics avec les embauches correspondantes, pour assurer les droits fondamentaux de chacun avec dans l’immédiat le droit au logement pour tous et l’interdiction des expulsions.

LA PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE :
-Relocalisation des productions, ré industrialisation,
-Grands travaux dans l’isolation des bâtiments, développement des transports collectifs, etc.

Contre la dictature des banques

NOUS PROPOSONS DE REPRENDRE LE POUVOIR SUR LA FINANCE :
-Audit de la dette permettant de remettre en cause le tribut injuste et improductif prélevé par les banques
-Abolition du privilège des banques privées qui sont aujourd’hui seules autorisées à emprunter à la Banque Centrale Européenne de l’argent à moins de 1% qu’elles prêtent ensuite aux Etats à des taux qui montent à 20% !
- Les Etats doivent pouvoir emprunter directement à la Banque Centrale Européenne afin de financer leur politique de relance de l'économie.

Contre le chômage :


NOUS PROPOSONS DE PROTÉGER ET DE DÉVELOPPER L’EMPLOI :
- Interdiction des licenciements boursiers, droit de reprise des entreprises par les salariés en cas de fermeture
- Création d’un label écologique et social sur les échanges commerciaux à l’échelle de l’Union Européenne pour lutter contre le dumping social et écologique
- Soutien financier à l’investissement et à l’industrie par un pôle public bancaire doté des moyens nécessaires
- Limitation drastique des emplois précaires, interdiction du temps partiel imposé, réduction réelle du temps de travail


Contre la remise en cause de la souveraineté populaire :


-Droits nouveaux pour toutes et tous,
-Droits nouveaux pour les salarié(e)s dans les entreprises


Ces propositions peuvent rassembler toutes celles et tous ceux qui à gauche, refusent la soumission à la finance.
La mobilisation du peuple est donc décisive ! C’est la seule voie pour sortir de la crise.

A l'appel du collectif  " l'alternative à l'austérité, c'est possible ! "

LE PG APPELLE A LA MOBILISATION LE 5 MARS DERRIERE LES SYNDICATS

L’accord minoritaire signé par le MEDEF, la CFDT, CFTC et CGC est dangereux pour les salariés et annonce la fin du code du travail.

Le Medef est en train d’obtenir du gouvernement PS ce qu’il n’avait pu arracher à l’UMP : le CDI est affaiblit au profit des contrats précaires, la loi ne s’imposera plus sur le contrat de travail, les licenciements seront plus faciles, les délais de recours plus courts et la possibilité d’aller en justice plus difficile pour les salariés.
Cet accord ne doit pas devenir une loi. Sarkozy n’a pas été battu pour mener la même politique d’austérité qu’exigent l’Europe libérale et les marchés financiers. Loin de lutter contre le chômage cette politique va l’aggraver. Voilà pourquoi le Parti de Gauche et le Front de Gauche s’y opposent et entendent construire une majorité alternative au service de la relance de l’activité par la planification écologique et le partage des richesses.

165956-336093103157567-977529882-n.jpg

Le Parti de Gauche appelle les travailleurs à se regrouper derrière les syndicats représentant la majorité des salariés, qui ont d’ores et déjà dénoncé cet accord pour empêcher que cette énorme régression sociale soit ratifiée au Parlement. Nous appelons les députés PS à s’opposer à ce recul incroyable des droits des salariés.

pour en savoir plus sur l'accord Medef cliquez ici !

RDV le Mardi 5 Mars à 14H30 place Anatole France à Tours.

ALTERNATIVE A L'AUSTERITE: LES 25 PREMIERES MESURES DU FRONT DE GAUCHE !

  • Par pg37
  • Le 14/02/2013

L'alternative à l'austérité c'est possible !

NON A L’AUSTÉRITÉ ET AU CHÔMAGE !
UNE ALTERNATIVE EST POSSIBLE !
IL FAUT GOUVERNER POUR L’EMPLOI !

 
François Hollande et son gouvernement ont fait le choix de l’austérité.
 
Partout en Europe, cette politique a entraîné une contraction de l’activité économique et une explosion du chômage. Il en va déjà de même en France, avec 4,6 millions de demandeurs d’emplois. Le Front de Gauche ne l’accepte pas et propose une alternative. Celle-ci s’appuie sur le refus de la soumission au traité européen, aux marchés financiers et sur la volonté de promouvoir une autre répartition des richesses en faveur du salariat, un autre type de développement économique non productiviste, s’appuyant notamment sur la ré-industrialisation de note pays et la planification écologique afin de satisfaire les besoins sociaux et écologiques du plus grand nombre.
Il est urgent de mettre en place une politique de création massive de millions d’emplois.

Lire la suite

ACCORD SUR LA FLEXIBILITE DE L'EMPLOI : UNE OFFENSIVE VIOLENTE CONTRE LES DROITS SOCIAUX

brochure accord MEDEF/CFDT

Toutes les actualités et informations sur l’accord Made in Medef ici !

téléchargez la brochure ici!

Accord sur l’emploi : tout bénéf’ pour le MEDEF

Loin de sécuriser l'emploi, l'accord signé par le MEDEF avec des syndicats minoritaires développe la "flexibilité" du travail et facilite les licenciements. S'il était appliqué, il aggraverait la précarité et le chômage. Voici un premier décryptage de ce texte contre lequel la mobilisation sociale s'organise pour empêcher sa transposition législative annoncée par le gouvernement.

L'accord ne fait pas l'unanimité syndicale, loin de là. 2 des 3 premiers syndicats du pays ne l’ont pas signé (CGT et FO). Solidaires s’y oppose aussi. Seules la CFDT, la CGC (syndicat catégoriel de cadres), et la CFTC ont signé.

L'accord valide le chantage à l'emploi. Il reprend les "accord compétitivité-emploi" de Sarkozy, sous un autre nom. C'est une arnaque pour faire croire aux salariés qu'ils sont responsables du chômage. C'est une attaque contre l'ordre public social : un accord d'entreprise pourra déroger au code du travail.

L'accord facilite les licenciements. Il ne dit rien contre les licenciements boursiers. Il va augmenter le chômage et la précarité.

Un principe : le gouvernement et le Parlement ne sont pas obligés de reprendre l'accord. Aprés avoir écrit l'accord, le MEDEF va-t-il aussi écrire la loi ?

téléchargez le tract du Parti de Gauche

 A Lire :

Argumentaire et Analyse détaillé de l'accord

Communiqué du Front de Gauche : l'accord sur l'emploi ne doit pas devenir une loi !
du Parti de Gauche): Un accord  historiquement mauvais , l'analyse de Martine Billard (vice-Présidente du Parti de Gauche): Ils ne nous feront pas taire ! , l'analyse de François Delapierre (Secretaire National du Parti de Gauche): Un accord qui fait mal, l'analyse de Accords sur la flexibilité : "ni la CFDT ni le PS n’ont trahi"
La réaction de nos partenaires du Front de Gauche: le PCF : Accord compétitivité/emploi - La gauche ne peut pas être à l'origine de cette régression , la GA : L’accord national interprofessionnel et les complémentaires santé : le billard à 3 bandes du Medef, la FASE : Parisot fait la loi, Hollande la signe !

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site